Michelle McDonald, nouvelle présidente Organismes caritatifs neurologiques du Canada

Toronto, le 25 février 2020 – Le conseil d’administration des Organismes caritatifs neurologiques du Canada (OCNC) souhaite la bienvenue à Michelle McDonald à titre de présidente des OCNC, la principale coalition d’organismes qui représentent les personnes touchées par une maladie, un trouble ou une lésion du cerveau au Canada. Elle succède à Joyce Gordon, qui prend sa retraite à titre de directrice générale de Parkinson Canada et quitte ses fonctions de présidente des OCNC.

Michelle est directrice générale de Lésion cérébrale Canada et une professionnelle accomplie œuvrant au sein d’organismes sans but lucratif. Elle a travaillé pendant deux décennies dans ce secteur à Toronto et à Ottawa.Voir les détails ci-dessous.

Les Canadiens ont un besoin urgent d’agir dès maintenant sur la santé du cerveau

Prix pour les réalisateurs de changements 2019

Shirley Lee 

Sprague Plato
 

Voir les détails ci-dessous.

Les maladies du cerveau – affections, troubles et lésions du cerveau – sont l’une des principales causes d’invalidité au Canada et, en fait, dans le monde entier. Un Canadien sur trois (10 millions) sera atteint d’une maladie du cerveau au cours de sa vie – soit à la naissance, durant la petite enfance, au début de l’âge adulte, à un âge moyen ou à un âge avancé.

Les Organismes caritatifs neurologiques du Canada (OCNC) exhortent tous les partis politiques et les candidats à soutenir la prise de mesures axées sur la santé du cerveau maintenant.

  • Recommandation no 1 : Collaborer avec les OCNC pour mettre en œuvre la phase 2 de la recherche sur la santé du cerveau, qui vise à combler les lacunes sur le plan des connaissances relevées dans le rapport Établir les connexions.
  • Recommandation no 2 :  Collaborer avec les OCNC pour mettre à l’essai, dans des milieux communautaires, un nouveau modèle élargi de soins chroniques pour les affections neurologiques, mesure ayant été reconnue comme un moyen d’appliquer sans tarder les résultats de la recherche pour améliorer la vie des Canadiens touchés par une affection neurologique.

Voir les détails ci-dessous.

Budget fédéral 2018 – Analyse des OCNC

Les OCNC constatent avec plaisir que deux enjeux que nous défendons faisaient partie des engagements du gouvernement fédéral dans le budget de 2018, déposé le 27 février. Le premier porte sur un investissement important dans la science et la recherche. Le deuxième pose une première étape dans l’établissement d’un programme national d’assurance-médicaments. Le budget prévoyait également des fonds pour un soutien accru aux personnes touchées par la démence et le trouble du spectre de l’autisme. Voir les détails ci-dessous.

Le Canada a dès maintenant besoin d’un plan d’action pour la santé cérébrale

Les OCNC demandent instamment au gouvernement du Canada de s’engager sans plus tarder à élaborer un plan d’action canadien pour la santé cérébrale afin d’améliorer la qualité de vie de plus de quatre millions de Canadiens touchés par une maladie cérébrale et de leurs familles.

Unique en son genre, l’Étude nationale de la santé des populations relative aux maladies neurologiques précise clairement ce que signifie à l’heure actuelle au Canada le fait d’être atteint d’une maladie cérébrale.

Synopsis de l’Étude

    • Dans la catégorie des Canadiens souffrant d’une maladie cérébrale, le chômage est douze fois plus élevé que dans l’ensemble de la population.
    • Les Canadiens atteints d’une maladie cérébrale ont plus recours aux services de soins de santé que ceux qui ne sont pas touchés par une affection neurologique ou même ceux qui souffrent de problèmes de santé chroniques.
    • La moitié de toutes les personnes bénéficiant de soins à domicile ou vivant dans un centre de soins de longue durée souffrent d’une maladie cérébrale.
    • Quarante pour cent des enfants touchés par une maladie cérébrale ont des possibilités éducatives restreintes.
    • Les aidants ont une importance capitale pour le bienêtre des personnes souffrant d’une maladie cérébrale mais ils développent leurs propres problèmes de santé, entre autres des niveaux de stress très élevés.
    • Sans interventions appropriées, les coûts des soins de santé augmenteront considérablement, tout comme leurs répercussions globales sur l’économie canadienne.
  • D’ici 2031, le nombre de Canadiens atteints d’une maladie cérébrale augmentera et, selon les prévisions, le nombre de personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou d’autres formes de démence, de la maladie de Parkinson ou de lésions cérébrales traumatiques aura doublé.

L’élaboration d’un plan d’action est plus que jamais nécessaire.

Le fardeau des maladies cérébrales s’alourdira si nous n’agissons pas dès maintenant. Pour de plus amples détails, veuillez vous reporter à la page de l’Étude nationale de la santé des populations de même qu’au le rapport établi sur l’Étude : Établir les connexions : mieux comprendre les affections neurologiques au Canada.